Les récifs coralliens, des écosystèmes menacés à préserver

Le Mercredi 4 juillet 2018
CNRS_20110001_1482_recifs-coralliens-banc-poissons-1
Crédits : Thomas Vignaud / CNRS Photothèque
Source de revenus et de nourriture, protection des côtes contre la houle et les tempêtes, source de substances actives utiles dans les biotechnologies… Lorsqu'ils sont en bonne santé, les récifs coralliens fournissent de nombreux services et contribuent au développement économique local. La France agit aux niveaux national et international pour protéger ces écosystèmes menacés par les activités humaines et les changements climatiques.

Des écosystèmes marins d'une grande valeur

Les récifs coralliens, au même titre que les mangroves et les herbiers qui sont des écosystèmes associés aux récifs, font l’objet de nombreux usages, tant à travers les pêches récifales, que les activités récréatives et touristiques.

Les écosystèmes coralliens nous rendent aussi de nombreux services. En atténuant la houle, les barrières récifales permettent de limiter l’érosion du littoral et les risques liés aux tempêtes. L'érosion des récifs est aussi à l'origine du sable qui constitue certaines plages. Ils délimitent également des zones de lagon, utiles par exemple pour l’activité de perliculture en Polynésie française. Les espaces abrités permettent la pratique d’activités touristiques, comme c’est le cas sur l’île de La Réunion, à Mayotte ou dans les Antilles.

Un tiers des espèces marines connues (près de 100 000) vit dans les récifs. Derrière cette incroyable diversité d'espèces se cache un réservoir de produits naturels susceptibles de constituer les médicaments de demain.

À l’échelle des territoires d’outre-mer, seuls certains biens et services ont pu faire l’objet d’évaluations approfondies. Ainsi, l’Initiative française pour les récifs coralliens (Ifrecor) a permis de calculer que ceux-ci génèrent des avantages dont la valeur marchande est estimée à environ 500 millions d’euros par an, soit 2 % du produit intérieur brut des territoires d'outre-mer. Plus largement, la valeur de ces biens et services est évaluée à au moins 1,3 milliards d’euros, soit plus du double, principalement du fait de la protection apportée contre les risques côtiers. Au total, ce sont environ 5 000 sociétés, 38 000 emplois et l’alimentation en protéines des populations, qui dépendent en France à différents degrés des services écosystémiques des récifs coralliens et des écosystèmes associés.

58 000

58 000 km², c'est la superficie des récifs coralliens français et leurs lagons, soit près de 10 % des récifs mondiaux, derrière l'Australie, l'Indonésie et les Philippines.

Les récifs coralliens menacés

Milieux complexes, les récifs coralliens sont d’une extrême fragilité et les dégradations à l’échelle mondiale sont particulièrement inquiétantes. Aux actions humaines directes – surpêche, surexploitation des ressources, remblaiement, défrichements et terrassements, pollutions diverses et absence de traitement des déchets, commerces des poissons et des produits récifaux, tourisme – s’ajoutent les effets des changements climatiques et l'acidification des océans.

Au niveau mondial, on estime que 20% des récifs et des écosystèmes associés ont été irrémédiablement détruits au cours des dernières décennies, en raison de pressions anthropiques et naturelles. Parmi les 80% restants, seuls 30% seraient dans un état satisfaisant.

À l’échelle nationale, on observe sur 29 % des stations suivies une diminution du recouvrement corallien. Cependant, cette évaluation ne tient pas compte des derniers évènements climatiques extrêmes (cyclone IRMA de 2017 dans les Antilles, blanchissement des coraux indo-pacifique en 2016-2017), ce qui laisse penser que la tendance réelle est encore plus préoccupante. En réalité, comme au niveau mondial, la perte de biodiversité est constatée par les scientifiques et les gestionnaires depuis environ quatre décennies, avec des situations variables suivant les zones géographiques : globalement les récifs du Pacifique Sud sont en bon état comparativement à ceux de l’océan Indien et des Antilles Françaises.
 

[Vidéo] Ça chauffe pour le corail

Afficher la version texte de la vidéo

Le corail, c’est la vie ! Il abrite plus de 30 % de toutes les espèces marines. Mais aujourd’hui, il agonise : plus de 45 % des récifs sont en danger. Serge Planes, directeur du Centre de Recherche Insulaire et Observatoire de l’Environnement, explique comment les pollutions en tous genres et le réchauffement climatique mettent les coraux en situation de sursis.

La France agit aux niveaux national et international

Face à ces menaces et pour améliorer l’état de conservation des écosystèmes coralliens français, l’Initiative française pour les récifs coralliens (Ifrecor) s’emploie à organiser la gestion durable de ces écosystèmes sensibles. Elle favorise leur prise en compte dans les stratégies nationales et locales, créée les conditions d’une pêche durable, lutte contre la pollution des eaux marines et la sédimentation et promeut un tourisme soutenable.

Au niveau international, la France a assuré à trois reprises le secrétariat de l’International Coral Reef Initiative (Icri), de juin 2016 à juin 2018 pour la dernière mandature. Créée en 1994, l'Icri est un partenariat unique en son genre qui des gouvernements, des organisations internationales (Banque mondiale, Programme des Nations-Unies pour l’environnement, Unesco…), des entités scientifiques et des organisations non‐gouvernementales. Son objectif : préserver et gérer durablement les récifs coralliens et les écosystèmes associés (mangroves et herbiers).

A l'occasion de sa dernière mandature au secrétariat de l'Icri, de juin 2016 à juin 2018, la France s’est efforcée de mieux faire connaître le rôle central joué par ces écosystèmes côtiers et d'encourager le financement de projets et d'initiatives contribuant à les protéger et à les restaurer. La France a également porté des actions fortes comme l’adoption d’une recommandation pour interdire les micro-billes plastique dans les produits cosmétiques, la production d’un rapport sur l’impact des écrans solaires, le déploiement d’un dispositif d’amarrage qui ne nuit pas aux récifs coralliens.