Sécheresse : Elisabeth Borne et Emmanuelle Wargon ont réuni ce jour et pour la seconde fois cette année le Comité de suivi hydrologique

Le Mardi 23 juillet 2019

Depuis plusieurs semaines, la France connaît un important épisode de sécheresse, qui touche particulièrement le centre et l’ouest du pays. 73 départements sont soumis, au moins sur une partie de leur territoire, à des mesures de limitation ou de suspension des usages de l’eau. Parmi eux, 30 départements ont pris, sur certaines zones, des arrêtés de crise imposant l’arrêt des prélèvements d'eau non prioritaires (irrigation, lavage de voiture, arrosage de jardins, remplissage des piscines…) afin de préserver les usages prioritaires (sécurité et salubrité publique, alimentation en eau potable).

Retrouver la carte de France des arrêtés de restriction d’eau ici.

Cette situation exceptionnelle est liée à un déficit de précipitations de l'ordre de 20% sur le pays depuis septembre 2018. Dès le mois de mai 2019, Emmanuelle Wargon avait réuni la commission de suivi hydrologique du Comité national de l’eau afin de sensibiliser tous les usagers de l’eau (secteurs agricole et industriel, collectivités et grand public) à la situation hydrologique et les inciter à une gestion économe de la ressource en eau. Les préfets ont également très rapidement réuni les comités départementaux « sécheresse » pour prendre les mesures de restriction de l’usage de l’eau nécessaires.

En fonction du suivi des débits d'eau et de leur température, une attention particulière est portée sur le refroidissement des sites industriels et en particulier des centrales nucléaires en lien avec l'autorité de sûreté nucléaire.

Les fortes chaleurs étant susceptibles d'augmenter le nombre d'incendies, d'échauffements ou d'incidents dans les sites industriels de toute taille, les services des Directions Régionales de l’Environnement de l’Aménagement et du Logement (DREAL) ont tous, dans une optique de prévention, transmis aux sites industriels utilisant le plus de matières dangereuses, et notamment les 1312 sites Seveso, des plaquettes de sensibilisation sur les risques accrus et des illustrations d'incidents susceptibles de survenir.

Afin de favoriser la prévention et la gestion des incendies de forêt,  le ministère a lancé début juin, en lien avec le ministère de l'intérieur, une campagne d'information et de ciblée sur les territoires les plus exposés, dans le Sud de la France. Cette campagne concerne 32 départements et 5 régions (Provence-Alpes-Côte d’Azur, Auvergne-Rhône-Alpes, Nouvelle Aquitaine, Occitanie et Corse).

 

La situation actuelle pourrait devenir de plus en plus fréquente dans les années qui viennent en raison du dérèglement climatique. La politique de gestion quantitative de l’eau doit viser à réduire durablement l'écart entre les prélèvements d’eau et la ressource disponible, notamment pendant la saison des basses eaux (étiage). C’est pourquoi, au-delà de la gestion de crise, les Assises de l'Eau, dont les conclusions ont été présentées le 1er juillet, ont donné la priorité aux économies d’eau, avec un objectif de réduction des prélèvements en eau de 10% en 5 ans et de 25% en 15 ans, en s’appuyant sur une sensibilisation et une incitation accrue de l’ensemble des consommateurs, sur le triplement de l’usage d’eaux non conventionnelles et sur le développement d’innovations en faveur des économies d’eau. Par ailleurs, les Assises de l’eau ont permis de définir une méthode concertée, les projets de territoire pour la gestion de l’eau, afin d’identifier, une fois les économies d’eau réalisées, les projets de stockage qui s’avèrent utiles et soutenables financièrement et économiquement.

Les Assises de l’eau
En août 2018, s’est conclue la première séquence des Assises de l’eau consacrée aux services publics d’eau et d’assainissement. Annoncée par le Président de la République en novembre 2017, cette première séquence des Assises a permis d’engager une large concertation avec les élus locaux et les comités de bassin. Les 17 mesures présentées par le Gouvernement ont permis de mobiliser les acteurs publics et privés afin de relancer l’investissement dans les territoires dans le but de réduire les fuites d’eau et d’améliorer la gestion des réseaux. Lancée à partir de novembre 2018, la seconde séquence des Assises de l’eau a été dédiée au « grand cycle » de l’eau, et plus particulièrement à l’enjeu de l’adaptation des territoires au dérèglement climatique et a été conclue le 1er juillet 2019.
Retrouvez l’ensemble des mesures du second volet des Assises de l’eau dans le dossier de presse