Révision de la stratégie nationale bas-carbone : une synthèse des contributions publiée début 2018

Le Jeudi 9 novembre 2017

Crédits : golubovy / AdobeStock
Pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre, la France a élaboré une Stratégie nationale bas-carbone. Cette stratégie doit être révisée d’ici fin 2018. Pour connaître les attentes des Français et recueillir leurs propositions pour améliorer la stratégie de la France, le public était invité à participer à un questionnaire en ligne.

Transports, logement, alimentation, consommation : comment adopter des modes de vie plus sobres en carbone ?

Quels sont les obstacles principaux au développement des modes de transport à faibles émissions de gaz à effet de serre ? Qu’est-ce qui vous inciterait vous ou vos proches à améliorer l’isolation thermique de votre logement ? L’origine des produits entre-t-elle en compte dans vos décisions d’achat ? Seriez-vous prêts à changer vos habitudes alimentaires et à moins gaspiller ?

La transition climatique et énergétique nécessite la contribution de tous : chaque individu, par ses gestes quotidiens, son mode de vie, ses choix de consommation, contribue à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Le public était appelé à formuler des propositions pour contribuer à enrichir la révision de la stratégie bas-carbone.

Une synthèse des contributions sera publiée début 2018. Elle sera également remise aux élus, professionnels, syndicats, ONG et experts en charge d’élaborer avec les ministères la nouvelle stratégie, à la fois ambitieuse et en prise avec les aspirations des Français.

Isabelle Jarry (isabelle.jarry -at- garant-cndp.fr), garante de la Commission Nationale du Débat Public (CNDP), veille au bon déroulement de cette concertation. 

La stratégie nationale bas-carbone : les grandes orientations pour une économie nationale durable

La stratégie nationale bas-carbone, publiée fin 2015, donne les orientations stratégiques pour mettre en œuvre dans notre pays, dans tous les secteurs d’activité (transport, bâtiment, industrie, agriculture, etc.), la transition au cours des prochaines décennies vers une économie faiblement émettrice de gaz à effet de serre et durable.

Cette stratégie doit être révisée d’ici fin 2018, en même temps que la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) pour accélérer la réduction des émissions de gaz à effet de serre, en lien avec les engagements pris dans l’Accord de Paris. Elle doit en particulier prendre en compte notre objectif de neutralité carbone à l’horizon 2050, soit des émissions nationales inférieures ou égales aux quantités de gaz stockées par les écosystèmes (forêt, sols agricoles, etc) et des procédés industriels.

Pour cela, le Plan climat, présenté par Nicolas Hulot en juillet dernier, prévoit des mesures très concrètes comme :

  • la fin de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures à l’horizon 2040 ;
  • la fin de la vente des voitures qui émettent des gaz à effet de serre d’ici 2040 ;
  • la disparition de la précarité énergétique en 10 ans...

La nouvelle SNBC devra prendre en compte cette liste de nouvelles mesures concrètes et établir les orientations à suivre pour atteindre l’objectif de neutralité.

La révision de la SNBC est l’occasion de dresser un premier bilan des résultats obtenus en termes de réduction des émissions et de fixer une nouvelle trajectoire de réduction d’émissions plus ambitieuse, conformément aux engagements de l’Accord de Paris et du Plan Climat. Après cette première révision qui aboutira fin 2018, la révision de la SNBC interviendra tous les cinq ans.