Statistiques du trafic aérien

Le Jeudi 23 août 2018
L'application relative aux mouvements d'avions mensuels, l'indicateur mensuel du trafic aérien (tendanCiel) et le Bulletin Statistique du trafic aérien commercial rassemblent des données essentielles du trafic aérien.

Trafic aérien mensuel

Mois par mois, découvrez le trafic aérien en volume (mouvements d'avions) dans les principaux aéroports français et frontaliers.

tendanCiel, l’indicateur mensuel du trafic aérien commercial

L’indicateur mensuel du trafic aérien commercial, tendanCiel, fournit les données du trafic des passagers, des principales liaisons aéroportuaires, les chiffres du pavillon français et du trafic aéroportuaire, ainsi que les retards au départ des vols avec passagers et les mouvements IFR (vols aux instruments) contrôlés.

Le numéro du mois - Juillet 2018

Avec plus de 17,8 millions de voyageurs, juillet 2018 établit un nouveau record mensuel de fréquentation du ciel français en améliorant de +3,9% la performance de juillet 2017, précédent détenteur du trophée. En cumul annuel, la progression du nombre de passagers se chiffre à +4,6% au terme du mois. Contrecoup de cette progression, la ponctualité des vols en France comme dans le reste de l’Europe se dégrade à nouveau.

Le marché intérieur connaît en juillet une de ses meilleures progressions mensuelles de l’année avec une réduction sensible des contrastes entre ses segment ; ce redressement profite d’une meilleure orientation des lignes radiales métropolitaines (+0,9%) au terme d’un premier semestre éprouvant  (-2,7% en cumul annuel) et continue de bénéficier du dynamisme toujours certain des liaisons transversales métropolitaines (+7,7%) et des lignes reliant la Métropole aux Outre-Mer (+6,1%), même si ces chiffres semblent plutôt en retrait de ceux des mois précédent (respectivement +8,2% et +11,6%  en cumul annuel).

Le trafic international progresse de +3,9% en juillet avec cependant, au regard des mois précédents, des inflexions de tendance marquée selon les continents. Si l’Amérique confirme ce mois-ci son regain d’attractivité  (+9,2%) avec une hausse d’activité qui s’étend également désormais à l’Amérique du Sud (+3,1%), en revanche la croissance se réduit avec l’Asie (+5,7%), l’Europe (+3,4%) et surtout l’Afrique (+1,7%).  Parmi les principales destinations, Canada (+16,0%), États-Unis (+11,1%), Brésil (+9,4%) et Tunisie (+9,0%) sont celles à davantage profiter de la conjoncture ; à l’inverse,  Algérie (-5,2%) et Royaume-Uni (-2,0%) sont en reflux. En cumul annuel, le trafic international est en progrès de +5,2% avec des valeurs désormais plus resserrées entre zones continentales (de +6,9% sur l’Asie à +4,6% avec l’Amérique).

Côté transporteurs, un certain rééquilibrage du partage de la croissance entre le pavillon français et ses concurrents esquissé le mois dernier se poursuit. Fait notable ce mois-ci, l’écart de croissance entre pavillons est égal sur le marché intérieur comme à l’international. Le différentiel de croissance en défaveur des opérateurs nationaux atteint son niveau le plus bas depuis juin 2017, à -1,5 point en juillet et se chiffre désormais à -4,6 points sur les sept premiers mois de l’année. Apprécié en cumul annuel, l'effritement de la part de marché du pavillon national s'établit fin juillet à : -1,1 point (contre -1,2 point fin juin) en passagers comme en passagers kilomètres transportés (PKT).

Côté aéroports, l’arc Atlantique continue d’afficher une belle santé (Nantes +11,8%, Bordeaux +10,6%) alors que l’axe méditerranéen semble plus attentiste ce mois-ci (Nice +1,7%, Marseille +1,8%). En affichant une hausse d’activité de +5,0% en juillet, Beauvais réalise sa meilleure performance mensuelle depuis octobre 2015 ; cela permet à la plateforme picarde, pour la première fois lors de ces trois dernières années, de proposer en cumul annuel, une tendance positive quoique toujours fragile (+0,1%). A Paris, où le cap des 60 millions de voyageurs est franchi pour la première fois aussi tôt dans l’année, CDG (+4,1%) progresse plus significativement qu’Orly (+2,8%).

Côté régularité, la tendance à une détérioration certaine de la situation depuis le début de l’année tant en France que dans l’ensemble de l’Europe ne faiblit pas en juillet, qui traditionnellement constitue déjà l'une des périodes les plus tendues de l’année. Les indicateurs accusent à nouveau le coup et atteignent des valeurs inégalées depuis le début de leur publication dans tendanCiel en janvier 2017 : le taux des vols retardés de plus d'un quart d'heure au départ atteint 43,2 %, soit 5,0 points de plus qu'en juillet 2017 ; le retard moyen au départ (tous vols confondus) s'élève à 24,6 minutes, soit 3,2 de plus que l'an dernier. Les jours les plus impactés ont été les séquences du 4 au 5, du 14 au 16 et du 27 au 28 juillet.

Côté mouvements aériens, le nombre de mouvements contrôlés en France métropolitaine s’affiche à nouveau à la hausse (+1,6%). Si celui-ci continue de bénéficier de la croissance des survols du territoire (+2,1%), il profite également ce mois-ci d’une progression certaine des vols touchant les aéroports métropolitains (+1,2%) qui se vérifie tant sur les vols domestiques (+1,6%) que sur les vols à l'international et l'Outre-Mer (+1,1%).

 

Le bulletin statistique annuel

Le Bulletin Statistique de la Direction Générale de l'Aviation Civile est élaboré à partir des informations de trafic commercial provenant des aéroports français et fournies par les transporteurs aériens.

Le Bulletin statistique annuel regroupe un ensemble de données relatives au transport aérien en France selon trois chapitres :

  • Les résultats de trafic par liaison ;
  • Le trafic des aéroports ;
  • Le trafic des transporteurs.

Il est élaboré par la Direction générale de l’Aviation civile à partir des informations de trafic commercial provenant des aéroports français et fournies par les transporteurs aériens, conformément à l’arrêté ministériel du 9 février 2012. Les données sont consolidées par la DGAC après harmonisation, analyse par numéro de vol, et éventuelles corrections apportées en concertation avec les services aéroportuaires et/ou les services de l’Aviation civile concernés.