Statistiques du trafic aérien

Le Mercredi 19 décembre 2018
L'application relative aux mouvements d'avions mensuels, l'indicateur mensuel du trafic aérien (tendanCiel) et le Bulletin Statistique du trafic aérien commercial rassemblent des données essentielles du trafic aérien.

Trafic aérien mensuel

Mois par mois, découvrez le trafic aérien en volume (mouvements d'avions) dans les principaux aéroports français et frontaliers.

tendanCiel, l’indicateur mensuel du trafic aérien commercial

L’indicateur mensuel du trafic aérien commercial, tendanCiel, fournit les données du trafic des passagers, des principales liaisons aéroportuaires, les chiffres du pavillon français et du trafic aéroportuaire, ainsi que les retards au départ des vols avec passagers et les mouvements IFR (vols aux instruments) contrôlés.

Le numéro du mois - Novembre 2018

Transport de passagers aériens : une croissance encore très soutenue en novembre (+6,7%)

Cet automne réussit plutôt bien au transport aérien français avec, pour le quatrième mois de rang, un taux de croissance supérieur à 6% et atteignant même +6,7% en novembre malgré le contexte. En cumul annuel, cette dynamique se traduit par une progression d’activité de +5,2%, soit près de 8 millions de passagers supplémentaires. Cependant, ce résultat flatteur bénéficie moins au pavillon tricolore (+3,6%) qu’à ses concurrents (+9,3%) qui en novembre captent plus des trois-quarts du gain de passagers.

Le marché intérieur poursuit sa croissance, avec ce mois-ci un trafic en hausse de +3,9% (soit +3,4% en cumul annuel). Les liaisons transversales métropolitaines continuent d’assurer les beaux jours du trafic national (+14,4% en novembre, +9,8% en cumul annuel) alors qu’après un répit de quatre mois, les lignes radiales en Métropole chutent à nouveau assez sensiblement (-2,1% en novembre et -1,7% en cumul annuel). Les relations entre la Métropole et les Outre-Mer conservent une orientation très favorable (+ 8,3% ce mois-ci et +10,6% sur l’année en cumul).

Le trafic international confirme une nouvelle fois sa robustesse en novembre (+7,5%), soit une progression de +5,6% en cumul annuel. L’Amérique reste aux avant-postes (+13,5%) et creuse plutôt l’écart avec ses poursuivants ce mois-ci : en net rebond, l’Afrique (+7,4%) devance l’Europe (+6,7%) et l’Asie (+6,2%). Concernant les destinations majeures, le record est réalisé sur le Brésil (+34,1%), une performance à tempérer toutefois en raison des résultats médiocres de l’an dernier sur ce pays  Dans son sillage, États-Unis (+16,9%), Turquie (+13,4%), Tunisie (+13,3%), Canada (+12,7%) et Allemagne (+10,0%) proposent un taux de croissance à deux chiffres pour le second mois consécutif ; ils sont même rejoints ce mois-ci par le Maroc (+12,6%) et le Sénégal (+12,3%). Dans une dynamique résolument inverse, l’Algérie affirme encore sa singularité, avec ce mois-ci à nouveau un net reflux d’activité (-5,9%).

Côté transporteurs, la fragilisation de la position des opérateurs français (+3,6%) vis-à-vis de leurs concurrents (+9,3%) s’intensifie en novembre avec un différentiel grimpant à -5,7 points ; la dégradation est particulièrement sensible sur le marché intérieur où cet écart atteint -11,9 points alors qu’il se chiffre à -4,0 points à l’international. Apprécié en cumul annuel, l'effritement de la part de marché du pavillon national en 2018 demeure stable par rapport au mois précédent : -1,0 point tant en passagers qu’en passagers kilomètres transportés (PKT).

Côté aéroports, la majorité des plateformes majeures voient leur hausse de fréquentation atteindre ou dépasser la barre des 10%. À Paris, CDG (+6,3%) fait deux fois mieux qu’Orly (+3,2%) qui franchit pour la première fois le cap des 30 millions de voyageurs aussi tôt dans l’année. En région, Nantes (+13,3%), Bâle-Mulhouse (+13,0%) et Bordeaux (+11,7%) ont dès ce mois battu leur record absolu d’affluence annuelle ; à Lyon, le seuil des 10 millions est atteint pour la première fois dès le mois de novembre ;  Beauvais renoue avec une croissance à deux chiffres (+10,2%) qu'il n'avait plus connu depuis le printemps 2015. Comme en octobre, c'est du Sud que proviennent les moindres performances du mois : si Marseille réalise un solide +6,7%, Nice (+3,1%) et Toulouse (+1,5%) profitent bien moins de l'embellie saisonnière.

Côté régularité, après l’accalmie du début d’automne, novembre marque une détérioration des indicateurs : le taux des vols retardés de plus d'un quart d'heure au départ s’établit à 22,0 %, soit 1,9 point de plus qu’en 2017; le retard moyen au départ (tous vols confondus) s’élève à 12,2 minutes, soit 1,4 minute de plus qu’en novembre 2017.

Côté mouvements aériens, le nombre de mouvements contrôlés en France métropolitaine poursuit sa belle envolée en novembre (+5,4%) et continue de profiter de la forte dynamique animant les survols du territoire (+7,6%). La tendance se vérifie également sur les vols touchant les aéroports métropolitains (+3,4%), en particulier sur ceux à destination de l’international et des Outre-Mer (+4,1%).

 

Le bulletin statistique annuel

Le Bulletin Statistique de la Direction Générale de l'Aviation Civile est élaboré à partir des informations de trafic commercial provenant des aéroports français et fournies par les transporteurs aériens.

Le Bulletin statistique annuel regroupe un ensemble de données relatives au transport aérien en France selon trois chapitres :

  • Les résultats de trafic par liaison ;
  • Le trafic des aéroports ;
  • Le trafic des transporteurs.

Il est élaboré par la Direction générale de l’Aviation civile à partir des informations de trafic commercial provenant des aéroports français et fournies par les transporteurs aériens, conformément à l’arrêté ministériel du 9 février 2012. Les données sont consolidées par la DGAC après harmonisation, analyse par numéro de vol, et éventuelles corrections apportées en concertation avec les services aéroportuaires et/ou les services de l’Aviation civile concernés.