Statistiques du trafic aérien

Le Mardi 20 novembre 2018
L'application relative aux mouvements d'avions mensuels, l'indicateur mensuel du trafic aérien (tendanCiel) et le Bulletin Statistique du trafic aérien commercial rassemblent des données essentielles du trafic aérien.

Trafic aérien mensuel

Mois par mois, découvrez le trafic aérien en volume (mouvements d'avions) dans les principaux aéroports français et frontaliers.

tendanCiel, l’indicateur mensuel du trafic aérien commercial

L’indicateur mensuel du trafic aérien commercial, tendanCiel, fournit les données du trafic des passagers, des principales liaisons aéroportuaires, les chiffres du pavillon français et du trafic aéroportuaire, ainsi que les retards au départ des vols avec passagers et les mouvements IFR (vols aux instruments) contrôlés.

Le numéro du mois - Octobre 2018

Transport de passagers aériens : belle éclaircie encore dans le ciel français en octobre (+6,9%)

En cet automne, le ciel français confirme sa grande forme avec à nouveau ce mois-ci, une hausse particulièrement marquée de sa fréquentation (+6,9%). En cumul annuel, cette dynamique se traduit au terme d'octobre par l’atteinte à nouveau du seuil des 5% de croissance du nombre de voyageurs aériens (+5,1%), performance inédite depuis mars dernier.

La bonne tenue du marché intérieur se confirme avec une hausse franche du trafic (+5,2%). Toujours vigoureusement soutenu par l’expansion des liaisons métropolitaines transversales (+10,5%) et des lignes reliant la Métropole aux Outre-Mer (+10,7%), le marché national bénéficie également depuis le dernier trimestre, d’une consolidation de ses résultats sur les liaisons métropolitaines desservant Paris qui, en octobre progressent même de +1,7%. En cumul annuel, la hausse du trafic intérieur se redresse ainsi +3,3% à l’issue du mois.

Fer de lance de la croissance, le trafic international enregistre une poussée conséquente de son activité (+7,3%). Comme depuis cet été, c'est à nouveau le continent américain qui se distingue le plus en octobre (+11,8%) ; à sa poursuite, l'Europe (+7,2%) et l'Asie (+7,0%) sont au coude à coude devant l’Afrique (+5,7%) qui ferme donc la marche un ton légèrement en dessous. Concernant les destinations majeures, la compétition demeure serrée mais avec des chiffres encore plus impressionnants entre les destinations les plus dynamiques du moment : Brésil (+20,2%), Tunisie (+19,6%) et Canada (+17,6%) ; à leur suite, Turquie (+14,9%), États-Unis (+12,5%) et Allemagne (+10,0%) se signalent également en octobre par une croissance à deux chiffres. Parmi les très rares résultats en berne, l'Algérie continue à se singulariser en enregistrant à nouveau une baisse sensible de son attractivité (-6,9%). En cumul annuel, la hausse du trafic international atteint +5,5% avec une répartition de la croissance assez équitable entre les différents continents oscillant de +7,0% avec l’Asie à +5,3% avec l’Europe.

Côté transporteurs, le sursaut de croissance se traduit plutôt par une dégradation  relative de la position des opérateurs français (+4,0%) vis-à-vis de leurs concurrents (+9,1%). Le différentiel de croissance négatif repart à la hausse et atteint à -5,1 points en octobre, son pire niveau depuis avril dernier. Apprécié en cumul annuel, l'effritement de la part de marché du pavillon national en 2018 évolue peu par rapport au mois précédent : -1,0 point en passagers comme en passagers kilomètres transportés (PKT).

Côté aéroports, à l’exception de Nice (+2,4%), toutes les plateformes majeures voient leur fréquentation augmenter significativement avec une croissance au-delà des 5%. Paris (+6,0%) connaît sa meilleure progression mensuelle de l’année, avec ce mois-ci des résultats plus favorables à Orly (+6,7%) qu’à CDG (+5,6%). En région, le tiercé de tête mensuel demeure inchangé mais dans un ordre différent, avec encore ce mois-ci des taux de croissance à deux chiffres : Bordeaux (+13,7%), Nantes (+12,1%), Bâle-Mulhouse (+10,9%). En enregistrant une hausse d’activité de +9,2%, Beauvais obtient son meilleur résultat mensuel depuis octobre 2015. A l’instar de la cité azuréenne, les bases méridionales (Marseille +6,7 %, Toulouse +5 ,3%) sont les moins performantes ce mois-ci.

Côté régularité, en écho au mois précédent, ce mois-ci confirme une certaine accalmie avec des indicateurs relativement stables par rapport à ceux d’octobre 2017 : le taux des vols retardés de plus d'un quart d'heure au départ se chiffre à  24,9 %, soit 0,8 point de plus ; le retard moyen au départ (tous vols confondus) s'établit  à 13,8 minutes, soit 0,2 minute supplémentaire.

Côté mouvements aériens, le nombre de mouvements contrôlés en France métropolitaine enregistre une forte poussée en octobre (+4,6%). Encore et toujours soutenue par la croissance des survols du territoire (+6,3%), la tendance profite comme en septembre, de la bonne dynamique animant les vols touchant les aéroports métropolitains (+2,9%).

Le bulletin statistique annuel

Le Bulletin Statistique de la Direction Générale de l'Aviation Civile est élaboré à partir des informations de trafic commercial provenant des aéroports français et fournies par les transporteurs aériens.

Le Bulletin statistique annuel regroupe un ensemble de données relatives au transport aérien en France selon trois chapitres :

  • Les résultats de trafic par liaison ;
  • Le trafic des aéroports ;
  • Le trafic des transporteurs.

Il est élaboré par la Direction générale de l’Aviation civile à partir des informations de trafic commercial provenant des aéroports français et fournies par les transporteurs aériens, conformément à l’arrêté ministériel du 9 février 2012. Les données sont consolidées par la DGAC après harmonisation, analyse par numéro de vol, et éventuelles corrections apportées en concertation avec les services aéroportuaires et/ou les services de l’Aviation civile concernés.