Statistiques du trafic aérien

Le Lundi 3 octobre 2016
L'application relative aux mouvements d'avions mensuels, l'indicateur mensuel du trafic aérien (TendanCiel) et le Bulletin Statistique du trafic aérien commercial rassemblent des données essentielles du trafic aérien.

Trafic aérien mensuel

Mois par mois, découvrez le trafic aérien en volume (mouvements d'avions) dans les principaux aéroports français et frontaliers.

TendanCiel, l’indicateur mensuel du trafic aérien commercial

L’indicateur mensuel du trafic aérien commercial, TendanCiel, fournit les données du trafic des passagers, des principales liaisons aéroportuaires, les chiffres du pavillon français et du trafic aéroportuaire, ainsi que les retards au départ des vols avec passagers et les mouvements IFR (vols aux instruments) contrôlés.

Le numéro du mois - Juin 2017

Transport de passagers aériens : un premier semestre prometteur pour le trafic français

À l’instar des mois précédents, juin confirme la bonne santé du trafic français en affichant une hausse mensuelle de +5,7%. La croissance est au rendez-vous tant à l’international que sur le marché intérieur, et profite aux transporteurs tricolores. Le premier semestre s’achève sur une progression du trafic de +5,9%, soit quelques 4,3 millions de voyageurs supplémentaires.

L'embellie du marché intérieur se poursuit en juin (+5,3%) et s'étend à l'ensemble de ses segments : les lignes transversales métropolitaines restent le secteur le plus dynamique (+8,0%), les liaisons radiales enregistrent un sursaut (+4,3%). En cumul annuel, la progression du trafic intérieur s'élève à +2,8 % sur le semestre avec une hausse variant selon ses composantes, entre +5,7 % sur les transversales et +1,6 % sur les radiales.

Le trafic international croît une nouvelle fois avec entrain (+5,7%). Fait notable du mois, c'est sur l'Europe (+4,7%) que la progression est la plus modérée alors qu'elle atteint +7,0 % avec l'Afrique, +7,3 % avec l'Asie et culmine à +9,6 % sur l'Amérique, plus particulièrement portée par le marché de l'Atlantique Nord (+10,6%). En cumul annuel, le trafic international franchit pour la première fois le cap des 60 millions de passagers dès le premier semestre ; la hausse du trafic atteint +6,7 % avec quelques nuances entre continents (+7,9 % avec l'Afrique, +5,6 % avec l'Amérique). En termes de destinations, la situation est plus contrastée : sur le semestre, la désaffection est marquée avec la Turquie (-6,0%) et plus encore avec le Brésil (-12,5%) ; à l'inverse, la reprise est particulièrement vive avec la Russie (+17,6%), la Tunisie (+14,5%) et le Maroc (+10,7%).

Côté pavillons, juin sourit particulièrement aux transporteurs nationaux - avec un effet de rattrapage à noter par rapport à juin 2016, qui avait été perturbé par des mouvements sociaux. Leur très bonne progression sur l'international  (+8,1 % contre +4,7%) permet aux transporteurs français d'afficher, pour la première fois depuis 2015, un différentiel de croissance positif vis à vis de leurs concurrents étrangers (+6,4 % contre +5,2 %, soit une avance de 1,2 point), malgré un différentiel négatif sur le marché domestique (+3,7 % contre +11,9%). En cumul annuel, après une dégradation marquée au premier trimestre, le différentiel de croissance en défaveur des acteurs français est ramené à -4,0 points au terme du semestre. En part de marché, l'effritement du pavillon national tend à se résorber très légèrement : -0,9 point en nombre de passagers, -0,8 point en passagers kilomètres transportés (PKT).

Côté aéroports, les principales plateformes connaissent des fortunes très diverses. À Paris, CDG continue de redresser la tête (+6,7%), alors qu'à Orly la hausse est plus modérée (+2,2%). En région, les contrastes s'intensifient : Nantes (+15,8%) et Toulouse (+14,1%) mènent encore l'échappée ; Bâle-Mulhouse réalise également un bon mois (+11,0%) et Bordeaux continue d'avancer à bon rythme (+7,0%) ; à Lyon, la croissance décroche assez brutalement (+1,5%) mettant terme à un cycle d'expansion soutenu entamé au printemps 2016 ; les aéroports méditerranéens progressent également avec mesure (Marseille (+2,5%, Nice +1,9%). Une nouvelle fois en net repli en juin, Beauvais (-7,0%) repasse sous le cap des 2 millions de passagers au terme du premier semestre.

Traditionnellement, juin constitue une des périodes les plus tendues en matière de retard. Le cru 2017 ne dément pas la tendance ; les indicateurs affichent cette année encore des valeurs particulièrement élevées : 28,4 % des vols retardés au départ de plus d'un quart d'heure ; 15,7 minutes de retard moyen au départ, tous vols confondus. Cependant, ils sont en très net redressement par rapport à ceux de juin 2016, fortement perturbé par des mouvements sociaux : -5,1 points pour le taux de vol retardé, -3,4 minutes de retard moyen.

Le nombre de vols contrôlés en France métropolitaine progresse très nettement en juin (+5,2%). La France continue de profiter de la bonne santé du trafic au niveau mondial (+9,8 % de survols du territoire national). Quant aux vols touchant le territoire métropolitain, (+0,6%), la croissance des mouvements à l'international et avec l'Outre-Mer (+1,6%) permet de compenser la diminution des vols domestiques (-1,8%).

 

Le bulletin statistique annuel

Le Bulletin Statistique de la Direction Générale de l'Aviation Civile est élaboré à partir des informations de trafic commercial provenant des aéroports français et fournies par les transporteurs aériens.

Le Bulletin statistique annuel regroupe un ensemble de données relatives au transport aérien en France selon trois chapitres :

  • Les résultats de trafic par liaison ;
  • Le trafic des aéroports ;
  • Le trafic des transporteurs.

Il est élaboré par la Direction générale de l’Aviation civile à partir des informations de trafic commercial provenant des aéroports français et fournies par les transporteurs aériens, conformément à l’arrêté ministériel du 9 février 2012. Les données sont consolidées par la DGAC après harmonisation, analyse par numéro de vol, et éventuelles corrections apportées en concertation avec les services aéroportuaires et/ou les services de l’Aviation civile concernés.