Surveillance et sauvetage en mer

Le Lundi 25 septembre 2017
24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, les CROSS assurent des missions de service public au profit des gens de mer, professionnels et plaisanciers. 5 CROSS assurent la couverture de la façade littorale de métropole. En outre-mer, le maillage comprend 2 CROSS (La Réunion et Antilles), et deux centres spécialisés (Nouvelle-Calédonie et Papeete).

Recherche et sauvetage en mer

La mission de recherche et de sauvetage en mer est coordonnée par les CROSS à l’intérieur des zones sous responsabilité française, en métropole et outre-mer.

Conduite conformément aux recommandations de l’Organisation Maritime Internationale (OMI), cette mission consiste à recevoir les alertes émises par les personnes en détresse en mer, à l’aide de différents moyens (radiocommunications spécialisées, balises de détresse, téléphone…), puis à diriger les opérations en s’appuyant sur l’ensemble des moyens d’intervention situés à proximité du lieu du sinistre.

Les CROSS traitent environ 10 000 opérations de sauvetage en mer par an. La zone d’intervention se concentre à 80% dans l’espace maritime compris entre le rivage et la limite des eaux territoriales. Pour les CROSS de métropole, le cœur de l’activité opérationnelle se situe en période estivale entre les mois de juin et septembre. Pour les centres d’outre-mer, à l’exception de la zone des Antilles qui connaît un pic d’activité entre les mois de novembre et de mars, l’activité est relativement constante tout au long de l’année.

 

[Infographie] Sauver des vies en mer

[Infographie] Sauver des vies en mer

Afficher la version texte de l'infographie

Sauver des vies en mer

  • 7j/7 et 24h/24, les 340 agents des centres régionaux opérationnels de surveillance et de sauvetage (CROSS) de métropole et d’outre-mer œuvrent pour sauver des vies en mer.
  • 11 237 opérations de sauvetage en 2017, dont 53 % entre le 1er juin et le 30 septembre
    • 77 % concernent la plaisance et les loisirs nautiques
    • 23 % les activités professionnelles (navires de commerce et de pêche)
  • 18 218 personnes sauvés pour 309 décès ou disparitions
  • Les CROSS coordonnent tous les moyens nautiques et aériens sur zone, qu’ils soient publics ou privés. En 2017, cela représente 11 034 interventions (recherches et sauvetages) pendant 21 487 heures.
    • 9 572 interventions par des moyens nautiques
      • Société nationale de sauvetage en mer (SNSM)
      • Navires privés
      • Pompiers
      • Administrations (Douanes, Gendarmerie, Affaires maritimes, Marine nationale, municipalités)
      • Moyens étrangers
    • 1 462 interventions par des moyens aériens
      • Sécurité civile
      • Marine nationale
      • Gendarmerie
      • Armée de l'air
      • Douanes
      • SAMU
      • Moyens étrangers et privés

Le ministère de la Transition écologique et solidaire agit en mer !

  • Placés sous l’autorité opérationnelle des préfets maritimes, les CROSS font partie des directions interrégionales de la mer (métropole) et des directions de la mer (outre-mer), également chargées de conduire les politiques maritimes de développement durable, de gestion des ressources et de régulation des activités en mer. 

Vous êtes témoin ou victime d'un problème en mer ?

  • 196, le numéro d’urgence
  • Pour déclencher les secours, appelez le numéro national d'urgence 196, gratuit depuis un téléphone fixe ou portable

Données 2017 / Source : ministère de la Transition écologique et solidaire

 

Pour en savoir plus

Surveillance de la navigation maritime

Afin de prévenir les risques liés à la navigation maritime (événements de mer, pollution du milieu marin et du littoral...), les CROSS exercent la mission permanente de surveillance de la navigation maritime.Cette surveillance est particulièrement renforcée dans le secteur de la Manche, principal carrefour maritime assurant la desserte de toute l'Europe du Nord-Ouest.

Afin de garantir la sécurité de cette zone caractérisée par une forte densité de trafic maritime - incluant le transport d’importants volumes de marchandises dangereuses, en vrac et conteneurisées - les CROSS disposent d’équipements dédiés de détection (radar et AIS) et de capacités de communications permettant d’assurer la surveillance des navires en transit dans les dispositifs de séparation de trafic de la Manche (enregistrement des comptes rendus de passage et suivi des navires en avarie à l’intérieur et aux abords des « rails de navigation » de Ouessant, des Casquets et du Pas-de-Calais).

[Infographie] Surveiller la navigation maritime

[Infographie] Surveiller la navigation maritime

Afficher la version texte de l'infographie

Surveiller la navigation maritime

7j/7 et 24h/24, les 340 agents des centres régionaux opérationnels de surveillance et de sauvetage (CROSS) de métropole et d’outre-mer œuvrent pour assurer l’efficacité du transport maritime et protéger l’environnement marin et littoral.

En 2017, dans les eaux sous juridiction française, 169 000 navires de commerce et 628 situations d’avarie en mer ont été suivis.

Cette mission de surveillance de la navigation maritime s’exerce prioritairement dans les trois rails de navigation de la Manche, zones où le trafic maritime est le plus intense. La coordination de la surveillance s’effectue en collaboration avec les autorités britanniques.

137 000 navires répartis sur les trois rails de navigation de la Manche :

  • Ouessant : 43 000
  • Casquets : 58 000
  • Pas-de-Calais : 36 000

Vous avez dit rail de navigation ? Les rails de navigation, aussi appelés dispositifs de séparation du trafic, ont été établis pour réduire les risques de collision dans les zones où se croisent des flux importants de navires. Le premier a été mis en place dans le Pas-de-Calais, en 1967.

En Manche Est – mer du Nord (rails de navigation des Casquets et du Pas-de-Calais) :

  • 21 accidents graves évités : collisions entre navires, échouements, pollutions majeures
  • 3,9 milliards d’euros de préjudices évités

Données 2017 / Source : ministère de la Transition écologique et solidaire

Surveillance des pollutions

Les CROSS recueillent les informations sur les pollutions maritimes. Ils exploitent ces informations (recherche de confirmation, estimation de dérive…), assurent leur retransmission, et concourent à la recherche des auteurs d’infractions sous le contrôle de l’autorité judiciaire. La surveillance des pollutions, traditionnellement axée sur les pollutions par hydrocarbures, s’étend désormais à celui des émissions atmosphériques des navires (vérification de la conformité des taux de soufre et d’oxyde d’azote).

Protection de l’environnement marin

Le Centre national de surveillance des pêches (CNSP) et le Centre d’appui pour le contrôle de l’environnement marin (CACEM), installés au CROSS Étel, coordonnent l’action de l’ensemble des unités de contrôle de l’État dans le domaine environnemental. L’action permanente de ses services spécialisés, fonctionnant H 24, permet d’optimiser l’emploi des moyens, et de s’inscrire pleinement dans les engagements nationaux et européens de renforcement des actions de contrôle et de régulation des usages d’un milieu marin.

Diffusion des renseignements de sécurité maritime

Les CROSS recueillent et diffusent vers les navigateurs les renseignements essentiels à la sécurité maritime : bulletins météorologiques réguliers et spéciaux, avis urgents aux navigateurs.

Traitement des alertes de sûreté maritime

Dans le cadre de leur fonction de veille permanente, les CROSS peuvent recevoir les alertes de sûreté émises en mer. Ils assurent alors leur retransmission aux autorités compétentes de l’État côtier et de l’État du pavillon.

Le CROSS Gris-Nez est le point de contact national pour la réception des alertes de sûreté à bord des navires sous pavillon français.

Ces contenus peuvent aussi vous intéresser