Transport maritime : les armateurs français s’engagent pour l’environnement

Le Mercredi 28 août 2019

Crédits : L. Mignaux / Terra
Le 23 août, le Président de la République a rencontré les entreprises et groupes d’engagement du G7 mobilisés contre les inégalités et pour la protection de la planète. À cette occasion, dix entreprises maritimes françaises se sont formellement engagées à réduire l’impact de leurs activités sur l’environnement, le climat et la biodiversité marine, en annonçant leur adhésion à la charte SAILS de bonnes pratiques du transport maritime pour la protection du milieu marin et du littoral.

Le transport maritime est essentiel à la vie économique mondiale car il assure plus de 90 % du commerce international en volume. S’il représente un mode de transport efficace d’un point de vue environnemental, on ne peut toutefois négliger son impact.  Il représente ainsi 3 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Il a un impact direct sur les milieux marins : collision avec des mammifères marins, pollution sonore, menace pour la vie maritime. La pollution de l’air issue des navires nuit également à l’environnement et à la santé des habitants du littoral.

Proposée par la France, la charte SAILS (pour Sustainable Actions for Innovative and Low-impact Shipping) a pour but de mettre en valeur les actions des compagnies maritimes en matière environnementale et climatique, et de les encourager à mettre en place des démarches volontaires pour réduire leur impact environnemental. En adhérant à la charte, les entreprises s’engagent ainsi à mettre en œuvre des mesures concrètes qui vont au-delà de leurs obligations dans un ou plusieurs domaines mentionnés par la charte : protection des cétacés, réduction de l’impact sonore sous-marin des navires, réduction des émissions polluantes, coopération scientifique, optimisation de la performance énergétique des navires, ou encore sensibilisation des passagers à la protection de l’environnement pour les compagnies de croisière et les ferries.

À ce jour, dix armateurs français (Brittany Ferries, CMA CGM, Corsica Ferries, Corsica Linea, Express des Îles, Jifmar Offshore Services, La Méridionale, Louis Dreyfus Armateurs, Orange Marine et Ponant) et un armateur italien (Grimaldi) ont adhéré à la charte.

Un transport maritime responsable

Ces engagements montrent la mobilisation du secteur en faveur de l’environnement et le développement d’un esprit de responsabilité des acteurs économiques et de leurs clients.

De nombreux progrès ont par ailleurs été réalisés ces dernières années d’un point de vue réglementaire au sein de l’Organisation maritime internationale (OMI), l’instance de référence pour le secteur du transport maritime. Le passage en 2020, au niveau mondial, à des carburants contenant moins de soufre (0,5 % au lieu de 3,5 % aujourd’hui) constitue une avancée fondamentale pour la transition écologique du secteur.

S’agissant des émissions de gaz à effet de serre, un premier accord international avait été atteint en avril 2018 sur des objectifs de réduction de ces émissions (-50 % d’émissions en 2050 par rapport à 2008). Les négociations à l’OMI sont aujourd’hui en cours pour trouver un accord sur des mesures concrètes permettant d’atteindre les objectifs (réduction de la vitesse par exemple).