Vigilance crues : Sébastien Lecornu fait un point de situation sur les inondations

Le Jeudi 1 février 2018
A l’occasion d’un déplacement aux Andelys (Eure), Sébastien Lecornu, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, a présenté un point de situation sur l’épisode de crues en présence des élus et des habitants.

A l’occasion d’un déplacement aux Andelys (Eure), Sébastien Lecornu, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, a présenté un point de situation sur l’épisode de crues en présence des élus et des habitants.

Sébastien Lecornu a constaté que la crue en aval de la confluence Seine-Oise est plus importante que celle de 2016.

Le gouvernement a donc décidé d’accélérer les procédures d’indemnisation.
« Le principe du déclenchement du dispositif CatNat est acquis. Une procédure accélérée de classement des communes est mise en route. Avant la mi-février la commission qui classera les communes aura été réunie et aura pu raccrocher toutes les communes impactées » a précisé le secrétaire d’Etat.

Au-delà de cet effort de l’Etat pour les sinistrés au nom de la nation, le plus important reste les gestes de solidarité.
« Les plans de prévention du risque inondation sont contraignants mais absolument nécessaires pour assurer la sécurité des biens et des personnes. L’Etat va développer ces PPRI dans 1900 communes supplémentaires au-delà des 9000 qui en ont déjà. Nous voulons être plus prêts encore pour les événements futurs » a déclaré Sébastien Lecornu.
______________

Pendant la journée de mercredi, une perturbation a traversé le pays du nord-ouest au sud-est en apportant des précipitations faibles à modérées, notamment sur le bassin de la Seine, avec 10 à 20 mm enregistrés dans les secteurs les plus sensibles. Cette pluie a réalimenté l’ensemble des cours d’eau du bassin de la Seine à différents degrés et plus particulièrement la Marne et certains de ces affluents en partie aval.

En amont de Paris
Le secteur allant de la Seine troyenne jusqu’à la confluence avec l’Yonne est maintenu en vigilance orange. Les pluies de mercredi ont interrompu la décrue de la Seine dans ce secteur. L’Aube, l’Yonne et le Loing voient leurs niveaux se stabiliser, sans pour autant repartir à la hausse.
Sur la Marne, les précipitations ont comme prévu réalimenté le bassin des Petit et Grand Morin, deux affluents dont les réactions sont relativement rapides. Ces derniers provoquent une remontée du niveau de la Marne dans sa partie située en aval de la Ferté-sous-Jouarre. Cette hausse du niveau de la Marne aval devrait conduire à des valeurs nettement supérieures à celles enregistrées en début de semaine. Dans les secteurs concernés, on trouve par exemple les communes d’Esbly, Condé-Sainte-Libiaire, Gournay ou Lagny. A Gournay, certains ouvrages de protection contre les inondations seront dépassés dans les prochaines heures. Cette situation va s’installer jusqu’au week-end prochain. La décrue sera particulièrement lente du fait de l’arrivée d’ondes de crues successives issues de la partie amont et provoquées en partie par les pluies de la veille.
Sur la partie amont de la Marne, la décrue a été également interrompue par les pluies de la veille. Une légère réaction à la hausse est constatée, le maximum de cette onde se situant actuellement dans les environs de Chaumont. Les niveaux atteints restent cependant dans le domaine d’une vigilance crues jaune.

A Paris
Le 1er février à 12 heures, la cote de la Seine au pont d’Austerlitz est de 5,37 m, soit 48 cm de moins que le 29 janvier au moment du maximum de la crue. Cependant, sous l’influence de la situation en amont, et notamment sur la Marne, cette décrue va s’interrompre pendant plusieurs jours. Les débits prévus à la hausse de la Marne vont générer une reprise de la crue à Paris. Les niveaux de la Seine au pont d’Austerlitz pourraient se rapprocher de ceux enregistrés au début de cette semaine.

A l’aval de Paris
La propagation des crues se poursuit lentement en aval de Paris. Dans le secteur des boucles de la Seine, le débit du fleuve est soutenu par l’Oise et la décrue reste modeste. Les niveaux atteints sont supérieurs à ceux de la crue de juin 2016 et comparables à ceux de mars 2001. Au-delà de Poses, la Seine est sous influence marine. De Poses à l’embouchure de la Seine, le tronçon est placé en vigilance orange. Compte tenu des forts coefficients de marée aujourd’hui et demain, une attention particulière est portée sur le secteur de Caudebec à Rouen, où les débordements sont comparables à ceux observés lors du passage de la tempête Eleanor début janvier 2018. De Vernon à la boucle d’Elbeuf, les débordements sont plus importants que lors de l’événement de juin 2016.

Les comportements de prudence restent de rigueur à proximité de tous les cours d’eau en crue.

La nécessaire vigilance de chacun en cas de crue :

Les crues représentent un danger réel et certains conseils de comportement sont à rappeler :
- ne jamais s’engager sur une route inondée à pied comme en voiture : c’est la force de l’eau qui est dangereuse. Un véhicule est emporté dans 30 cm d’eau y compris les 4 × 4,
- éviter les parcours susceptibles d’être inondés,
- ne pas descendre dans un sous-sol en cours d’inondation, il y a un risque d’y rester piégé,
- ne jamais s’approcher des berges d’un cours d’eau en crue, elles sont très glissantes et peuvent être fragilisées,
- bien s’informer des messages des autorités (forces de l’ordre, services de secours),
- être vigilant vis-à-vis de ses proches et des personnes fragiles de son entourage.