La banque HYDRO

Le Vendredi 16 décembre 2016
La Banque HYDRO permet à toute personne, experte ou non, d’accéder aux données des stations de mesures hydrométriques situées sur les cours d’eau français et de calculer, à partir de lois statistiques, certaines valeurs hydrologiques.

Comme pour tout outil basé sur des connaissances scientifiques, certaines précautions d’usage s’imposent pour s’assurer de la pertinence des résultats obtenus et de l’interprétation que l’on peut en faire.

C’est le Schapi (Service central d’hydrométéorologie et d’appui à la prévision des inondations) qui assure l’administration de la base nationale de données hydrométriques, la banque HYDRO dans le cadre du Système d’Information sur l’Eau (SIE).

La majorité des données accessibles sur la banque de données HYDRO pour proviennent des informations recueillies par les 3000 stations hydrométriques qui constituent le réseau de mesure français, opéré par les unités d’hydrométrie au sein des Directions Régionales de l’Environnement de l’Aménagement et du Logement (DREAL).

Au-delà des unités d’hydrométrie en DREAL, d'autres organismes alimentent la banque HYDRO : agences de l'eau, conseils généraux, Électricité de France, organismes de recherche (IRSTEA, universités,…), compagnies d'aménagement.

Jusqu’à aujourd’hui, les données hydrométriques au niveau français étaient collectées et mises à disposition via deux systèmes d’information distincts (temps-réel et temps-différé). Dans le cadre de l'unification de l'hydrométrie, ces systèmes d'information (SI) sont en cours de modernisation, avec pour fondement une base de données centrale unique : la Plate-forme HYDRO Centrale (PHyC).

Le nouveau dispositif doit ainsi répondre à plusieurs objectifs :

  • fédérer les données hydrométriques, ainsi que les informations associées aux stations (le référentiel), dans une base nationale unique de référence,
  • permettre le stockage des informations connexes utiles à l’expertise hydrologique comme, par exemple, des données météorologiques,
  • assurer le stockage en base des prévisions de hauteur d'eau et de débit aux stations de mesure, à des fins de publication,
  • améliorer la traçabilité de la donnée tout en donnant aux différents intervenants autorisés (prévisionnistes et hydromètres) les moyens d’effectuer selon leur profil les opérations de consultation, correction, pré-validation ou validation sur la donnée stockée en base,
  • permettre une diffusion plus large des données, pour répondre à la demande sociale et aux exigences des politiques publiques (directive cadre sur l’eau, directive Inspire…),
  • répondre aux besoins d’échanges de données et d’interopérabilité conformément à la réforme de l’hydrométrie mais aussi aux directives du système d’information sur l’eau,
  • améliorer l’ergonomie et les fonctionnalités offertes aux utilisateurs (calculs statistiques, navigation cartographique...).

Ce chantier, appelé opération HYDRO 3, constitue une refonte profonde et nécessaire du système d’information actuel afin de répondre aux enjeux de la prévision des crues et de l’hydrométrie. La Banque HYDRO entièrement modernisée ne sera toutefois accessible au grand public qu’à l’horizon 2018, car il reste encore des étapes importantes à franchir dont la refonte du module de calcul statistique et la reprise des l’intégralité des données archivées.

<>Voir aussi