Pollution à l’ozone : les mesures mises en œuvre

Le Mardi 23 juillet 2019

Crédits : A. Bouissou/Terra
Alors qu'un nouvel épisode caniculaire touche la France, la circulation différenciée est de nouveau mise en place ce mardi à Paris et Lyon notamment. Une mesure qui vise à contenir les émissions de polluants durant la canicule.

Les mesures prises face au pic de pollution

En Ile de France

Dans le cadre de la lutte contre la pollution et au vu des fortes chaleurs, le préfet de Police a décidé de la mise en place de la circulation différenciée dès ce mardi 23 juillet. Le projet de loi d'orientation des mobilités, adopté par l'Assemblée nationale en première lecture, prévoit de rendre systématique la prise de mesures de restriction de circulation en cas de pic de pollution. 

A Lyon et Villeurbanne

A Lille

Qu’est-ce qu’un épisode de pollution à l’ozone ?

Lorsque la France connaît une période de forte chaleur caractérisée par un fort ensoleillement et une grande stabilité atmosphérique, la production d’ozone est favorisée. L’ozone est formé à partir de réactions chimiques entre les oxydes d’azote (NOx) et les composés organiques volatils (COV), sous l’effet du soleil. Comme il n’est pas émis directement dans l’air, on dit qu’il s’agit d’un polluant secondaire.

Quel est l’impact de la pollution à l’ozone sur la santé et l’environnement ?

L’ozone a un impact important sur la santé : il peut pénétrer profondément dans l’appareil respiratoire et provoquer une réaction inflammatoire bronchique au niveau cellulaire, d’où une toux sèche et une gêne respiratoire. Des effets cardiovasculaires sont également constatés. L’augmentation des niveaux d’ozone est corrélée à une augmentation des hospitalisations et à des décès prématurés.

Qui décide des mesures à mettre en œuvre pour diminuer la pollution ?

En cas d’épisode de pollution, il faut prioritairement réduire les émissions d’oxydes d’azote, émis principalement par les véhicules automobiles et les émissions de composés organiques volatils, qui proviennent de l'industrie, des usages domestiques et des transports. Le préfet a la compétence pour informer la population et pour prendre les mesures d’urgence appropriées. On distingue deux seuils :

  • le seuil d’information et de recommandation (180 µg/m3 en moyenne horaire pour l’ozone) correspond au niveau à partir duquel une exposition de courte durée présente un risque pour la santé des populations sensibles (femmes enceintes, personnes âgées, personnes ayant des malades respiratoires…). Si ce seuil est dépassé, le préfet émet des recommandations pour réduire les émissions ;

  • le seuil d’alerte (240 µg/m3 en moyenne horaire pour l’ozone) correspond au niveau au-delà duquel une exposition de courte durée présente un risque pour la santé de l’ensemble de la population ou de dégradation de l’environnement. Si ce seuil est dépassé, ou si le seuil d’information et de recommandation est dépassé de manière persistante, le préfet peut, après avis d’un comité d’experts puis d'un comité d’élus, prendre des mesures d’urgence contraignantes pour réduire les émissions.

Que faire en cas de pollution à l’ozone ?

En cas d’épisode de pollution à l’ozone, il est recommandé aux personnes les plus vulnérables de limiter les sorties pendant l’après-midi et les activités physiques et sportives en plein air et de consulter un médecin en cas de gêne respiratoire ou cardiaque dès le dépassement du seuil d’information recommandation.

Pour plus d’information, se renseigner auprès des agences régionales de santé.

Où se renseigner sur la qualité de l’air ?

Au niveau local

Dans chaque région, une association agréée de surveillance de la qualité de l’air (AASQA) informe en temps réel de la qualité de l’air de la région et des éventuels épisodes de pollution. Les coordonnées des AASQA sont disponibles sur le site internet de la fédération Atmo.

Au niveau national

Les mesures préfectorales sont consultables sur le site des préfectures et sur l’outil Vigilance atmosphérique qui fournit une carte et une liste des mesures préfectorales engagées.

Le site internet www.prevair.org fournit des cartes de prévisions de la qualité de l’air à 3 jours aux échelles nationale et européenne réalisées par l’Ineris.