Analyses du transport aérien

Le Vendredi 29 novembre 2019
Publications (écl[AIR]ages, notes thématiques) colloques et séminaires : toutes les clés pour analyser le transport aérien.

Les notes d'analyse de la DGAC : éclairages et perspectives

L’offre de sièges commercialisés au départ de la métropole pour la saison hiver 2019/2020

La progression globale de/vers la France est de +0,9% pour un total de 38,5 millions de sièges au départ. Le niveau de l’offre de l’hiver 2019/2020 dépasse légèrement celui de l’hiver précédent (38,2 millions de sièges). Les capacités progressent sur la plupart des destinations (la hausse la plus spectaculaire étant la région « Autres pays d’Europe » avec +12%), à l’exception de l’Asie-Pacifique (-13%), de l’Afrique (-3%) et de l’Amérique Latine et Caraïbes (-3%).

L’évolution annuelle des prix des billets d’avion depuis 2012

Dans un contexte de très fortes variations du prix du pétrole, les prix des billets d’avion ont globalement peu fluctué depuis 2012 au départ de France toutes
destinations confondues (-0,3 % sur la période 2012-2018). Cette évolution globale masque cependant des variations, qui apparaissent lorsque l’analyse s’affine
par faisceau géographique.

Étude des flux de trafic (2014 - 2018) entre la france et l’Afrique occidentale et Centrale

Le trafic origine/destination (O/D) entre la France et l’Afrique occidentale affiche un fort dynamisme (+18%) sur la période étudiée. Le pavillon français occupe
une part de marché majoritaire (60%) du trafic O/D en 2018. Sur les marchés où la concurrence franco-française a pu s’établir (Sénégal, Côte d’Ivoire et Mali),
le trafic O/D direct progresse plus rapidement que le trafic O/D indirect renforçant la domination du pavillon français.

Le marché entre la France et l’Afrique centrale suit, quant à lui, une trajectoire opposée (-13%) sur la période étudiée. Le pavillon français pour le trafic O/D direct, uniquement
représenté par Air France, reste dominant (61%) mais perd 9 points de parts de marché en 5 ans. La concurrence, sur le créneau du trafic O/D indirect, est vive avec les deux leaders que sont Brussels Airlines et RAM.

Tous les numéros d'écl[AIR]ages

« Maillage aéroportuaire français : de nouvelles dynamiques à développer »

Colloque CSAC - DGAC - CGET du 8 février 2017

Colloque présidé par Gilles Savary, député et président du CSAC (Conseil Supérieur de l’Aviation Civile), et organisé par le CSAC, la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile) et le CGET (Commissariat Général à l’Égalité des Territoires) pour conclure la mission confiée par le CSAC à Philippe Caradec (CGET) de réalisation d’une analyse de la situation du maillage aéroportuaire de France métropolitaine.
Comment évolue l’environnement concurrentiel des aéroports métropolitains et comment cette évolution impacte-t-elle le système aéroportuaire ? Quels sont les enjeux territoriaux du maillage et comment les régions appréhendent-elles son développement ? Comment les aéroports sont-ils financés et quelles sont les pistes d’amélioration de leur compétitivité ?

« D’une concurrence réglementée à une concurrence loyale dans le transport aérien »

Colloque DGAC – CSAC du 4 mai 2015

Ce colloque organisé par la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile) et le CSAC (Conseil Supérieur de l’Aviation Civile) et présidé par le député Gilles Savary, avait pour thème les conditions de concurrence dans le transport aérien. Comment se caractérise le transport aérien aujourd’hui ? Quelles sont les nouvelles formes de concurrence ? Quelles sont les « bonnes pratiques » à mettre en œuvre en 2015 ?

Le nouveau passager aérien en France : pratiques et politiques

Séminaire du 6 décembre 2013

Comment les méthodes des acteurs du secteur aérien, basées sur les coûts, impactent la consommation de transport aérien et quelles en sont les conséquences pour l’action publique ? Ce séminaire du 6 Décembre 2013 organisé par la DGAC aborde cette question après avoir abordé les nouvelles pratiques des passagers aériens en France et à au Royaume-Uni.

Présentation sur les nouvelles pratiques des passagers aériens

L'Aviation et le pétrole

Dossier documentaire 2012

L’ère du pétrole bon marché appartient au passé. Dans le secteur du transport aérien, la chasse aux économies conduit à rechercher des solutions innovantes, à découvrir dans le dossier documentaire "Aviation et pétrole".

Coûteuse parce que les nouveaux gisements mis en exploitation sont de plus en plus difficiles à exploiter, souvent situés profondément sous les mers ou dans des contrées difficiles d’accès.
Rare, car les spécialistes évoquent sans cesse le fameux pic de production, ce cap au-delà duquel les nouvelles ressources découvertes se révèlent inférieures aux besoins.
Le marché pétrolier est rendu encore plus instable par l’évolution de la conjoncture économique, dans un monde très marqué par la crise survenue en 2008, dont les effets sont toujours perceptibles, notamment en Europe.

Le transport aérien est confronté quotidiennement à cette situation du marché pétrolier, où les cours oscillent désormais entre 80 et 120 dollars le baril de brut, l’écart entre le Brent et le WTI s’étant amplifié en raison des incertitudes politiques au Moyen-Orient et en Afrique, régions d’où vient la majeure partie du Brent.

Dans ce secteur d’activité très soumis à la concurrence internationale, et où les marges bénéficiaires atteignent rarement 2% du chiffre d’affaires les meilleures années, les compagnies aériennes voient leurs coûts s’accroître fortement, leur rentabilité devenir aléatoire, mettant parfois leur avenir en danger.

Dès lors, la chasse aux coûts cachés et aux économies de fonctionnement entraine tous les acteurs du secteur aérien (compagnies aériennes, mais aussi aéroports, assistants aéroportuaires et services de navigation aérienne, industriels de l’aéronautique) à rechercher des solutions innovantes afin de réduire la facture énergétique ou de la compenser.

Les motoristes ont considérablement réduit la consommation des réacteurs, les constructeurs allègent les avions en employant de nouveaux matériaux, la navigation aérienne cherche à rationaliser les trajectoires et phases de vol, les aéroports à limiter les déplacements au sol et les diverses consommations d’énergie. Les compagnies ne sont pas en reste, qui introduisent des avions récents dans leur flotte, chassent les poids superflus, et optimisent le remplissage des avions.

Le monde de l’aviation explore de nombreuses pistes énergétiques afin de pérenniser son activité et garantir son développement futur. Des vols « biocarburants » ont eu lieu ces derniers mois, démontrant ainsi leur faisabilité technique et opérationnelle. Il reste maintenant à produire ces biocarburants en quantité suffisante et dans des conditions économiques concurrentielles, mais aussi écologiquement viables. D’autres pistes plus lointaines comme l’hydrogène sont à l’étude, et Solar Impulse, qui teste l’énergie solaire, a réussi son premier vol intercontinental, vers le Maroc.

TGV-Avion : une alliance d’avenir ?

Séminaire du 25 novembre 2011

Trente ans après la mise en service de la première ligne de TGV, alors que la complémentarité entre le TGV et l’avion continue de se développer, une nouvelle étape est franchie avec le développement des accords commerciaux intermodaux. Ce séminaire présente la place de cette intermodalité dans la stratégie des acteurs et des politiques de transport.

Transport aérien : la crise change-t-elle tout ?

Séminaire du 18 juin 2010

Le transport aérien évolue dans un contexte particulièrement instable depuis 2008.
Nouvelles attentes des passagers, réorganisation de l’offre, le transport aérien change et les impacts en sont multiples.

Certains d’entre eux sont directement mesurables : allègement des fréquences, baisse de la recette unitaire, réduction des coûts, des effectifs, simplification des services, ouverture de nouvelles liaisons à bas-coûts ; d’autres relevant de stratégies à moyen terme, ne sont pas encore perceptibles.
Ces changements sont-ils d’ordre conjoncturel ou structurel et de nature à marquer durablement le secteur ?
Dans quelles mesures les stratégies mises en œuvre modifient-elles les perspectives du transport aérien à moyen et long terme ?
La Direction du transport Aérien se propose, au travers de multiples échanges d’expérience et d’analyses, d’apporter les éclairages indispensables à l’élaboration des politiques publiques.

L’économie du secteur aérien

Séminaire du 5 février 2010

Dans le cadre de la convention entre le ministère et l’Ecole d’Economie de Toulouse (TSE) s’est tenu le 5 février à la DGAC un premier Séminaire sur l’économie du transport aérien, animé par Gilles Saint Paul de TSE et Philippe Ayoun de la DTA.

En ouverture, Monsieur Gilles Saint Paul a présenté l’apport de la recherche économique et introduit le sujet.
Puis trois travaux de recherche, définis conjointement, ont fait l’objet de présentations, respectivement par Madame Malavolti, Messieurs Urdanoz et Ivaldi :

  • les interactions entre les deux "clientèles" des aéroports (passagers et commerces),
  • les retards optimaux dans le transport aérien,
  • l’analyse économique des alliances.

La discussion, engagée par messieurs Doumas et Guittet a mis en évidence l’intérêt de ces travaux, à poursuivre et valider à partir de données chiffrées qui restent à réunir.
Enfin, en conclusion, Philippe Ayoun a synthétisé un "programme" de recherche répondant aux attentes de la politique publique en transport aérien.
La qualité des présentations et des débats (plus de 60 participants) ont été très appréciées et ont conduit les deux parties à poursuivre la coopération sous des formes variées.

Quelles capacités disponibles pour un développement durable du transport aérien ?

Séminaire du 13 décembre 2007

La croissance du transport aérien est rapide, mais elle doit, comme cela a été clairement affirmé au cours du Grenelle de l’Environnement, respecter les exigences du développement durable et en particulier, se satisfaire des infrastructures aéroportuaires existantes. Dans ce contexte, qu'entend-on par "capacité" ? Comment la définir, la quantifier ? Qu'attendre de la recherche ?  

Et dans la situation où, à très long terme, les limites de capacité seraient atteintes, quels seraient les impacts en termes de qualité de service ? Quels seraient les impacts pour chacun des acteurs, pour le secteur dans son ensemble et plus généralement pour l’économie ?

C’est dans un objectif de clarification, d’échanges d’expériences et de réflexion sur tous ces sujets que j’ai souhaité organiser ce séminaire.

Celui-ci a regroupé des professionnels et des experts européens du monde aérien mais également d’autres secteurs confrontés en leur temps à ce difficile sujet de capacité.

Ce document présente une synthèse des contributions des intervenants et des participants à ce séminaire. Je souhaite qu’il constitue, pour un public le plus large possible, une base de référence et de réflexion pour le développement à venir de l’aviation civile.

Les impacts économiques de l’aviation civile : quels indicateurs d’utilité économique et sociale ?

Séminaire du 13 décembre 2006

Dans un contexte où le transport aérien est un enjeu majeur pour le développement des pays, où pour assurer les conditions de sa croissance, les pouvoirs publics sont amenés à arbitrer entre différents intérêts, quels indicateurs d'utilité économique et sociale exploitées ?  

L’aviation civile contribue à la croissance économique, elle est créatrice d’emplois et facilite les échanges internationaux. Il s’agit là d’un constat maintenant partagé par tous.

Une telle démarche ne peut que faciliter la communication entre l’ensemble des acteurs.
Au cours de ce séminaire, des économistes, des professionnels, des experts variés ont abordé les questions suivantes :

  • Quelle est la contribution du transport aérien à l’économie nationale et au développement local ?
  • Comment la mesure-t-on ? Les méthodes sont-elles fiables et exhaustives ?
  • Comment mieux communiquer sur ces aspects économiques ?
  • Quels seraient des indicateurs entendus et reconnus par l’ensemble des acteurs et notamment, des riverains et des usagers ? »

Énergie et transports aériens

Séminaire du 13 décembre 2005

Ouvert par Paul Schwach, directeur des Affaires stratégiques et techniques, le premier séminaire de la DAST a eu lieu le 13 décembre 2005 au siège de la DGAC à PARIS. Il a réuni autour d’une quinzaine d’intervenants quelque 180 participants d’horizons divers.

L’objectif étaient de répondra aux 3 questions suivantes :

  • Quelles perspectives pour le prix de l’énergie et celui du carburéacteur ?
  • Quelles sont les marges de manœuvre des acteurs ?
  • Quels pourraient être les nouveaux paysages du transport aérien dans de tels contextes

Notes thématiques sur le transport aérien

Dans le cadre de ses activités de veille stratégique, la direction du Transport aérien a produit entre 2005 et 2011, sous la forme de notes thématiques, des points de situation comparatifs sur des sujets stratégiques : croissance neutre en carbone, transporteurs à bas-coûts, TGC et avion, ... Certaines notes sont en bilingue anglais.

Nous Contacter

DGAC - Direction du Transport aérien
sous-direction des études, des statistiques & de la prospective
50 rue Henry Farman
75720 Paris Cedex 15
Tél : 01 58 09 41 46